Martial Bussière et le Soleil d’Austerlitz

EPSON MFP image
EPSON MFP image
EPSON MFP image
EPSON MFP image

Bonjour à tous,

Le tombeau des ancêtres, ce carré de France de cinq kilomètres de coté, sur les bords de la Solane, abrite toute une mémoire paysanne qui remonte à la nuit des temps. Tous attachés à leur terre qu’ils quittèrent de mauvaise grâce en 1914 pour faire leur devoir.

Avec le même entrain, mais pour répondre cette fois à la conscription de l’empire, leurs pères avaient abandonnés un siècle plus tôt leur campagne occitane. Martial Bussière était l’un d’eux et mon aïeul par la même occasion. Il intègre la grande armée à l’été 1805 et je crois qu’en cette veille de 2 décembre, après des marches harassantes, entourés des anciens,  il ne devait pas en mener large. C’était son baptême du feu.

Le lendemain il appartenait à cette élite saluée par l’empereur « il vous suffira de dire, j’étais à la bataille d’Austerlitz, pour qu’on vous réponde, voilà un brave » ;

Martial Bussière participera à la campagne de Russie et s’en sortira, non sans avoir été blessé à la bataille de Bautzen. Il rentrera au pays en 1814 avec le grade de caporal. Il recevra en 1857 la médaille de Sainte Hélène et sera alors lieutenant de la garde nationale.

A la semaine prochaine

Donec

Traverser des ponts d’Arcole

EPSON MFP image
EPSON MFP image
EPSON MFP image
EPSON MFP image

Bonjour à tous,

Maitre Jacques ISORNI fut un avocat de grand talent, seulement il avait un peu tendance à prendre l’Histoire à contre sens. Ainsi dans un petit livre de 1961, « LUI qui les juge », il fait un parallèle entre Salazar, dictateur portugais qui sait préserver l’intégrité de son empire et De Gaulle qui le brade. Les années ont passées balayant les rêves d’empires et Salazar par la même occasion. Subsiste, dans l’imaginaire Français, la statue du commandeur en général deux étoiles équipé d’un gros nez et rebondi de l’abdomen.

Plus loin il dit du général « Ceux qui le suivent, il les méprise, ceux qui le combattent il les hait ». Et pourquoi n’en serait t’il pas ainsi ? Seule la France retient son attention. Son truc, traverser des ponts d’Arcole, étendard en main pour affirmer la grandeur et l’éternité de la France.

Tout le reste est littérature

A la semaine prochaine

Donec

Il y a cent ans

EPSON MFP image
EPSON MFP image
EPSON MFP image
EPSON MFP image

Bonjour à tous,

Il y a un siècle, le premier conflit mondial battait son plein, la terrible bataille de Verdun et l’apocalyptique bataille de la Somme avaient eu lieu sans que le front ne bouge. Le général Joffre depuis deux ans volait  d’échec en échec sans mégotter sur le sang des hommes : 366 000 morts en 1914 et 350 000 en 1915.

La doctrine en cours à l’école de guerre n’arrange rien. Elle part d’un principe assez simple : il y a plus de balles dans les fusils que d’obus dans les canons. C’est l’offensive à outrance, la furia francese.

L’affaire du 15ème corps est édifiante. L’on envoie contre les Allemands claquemurés dans leurs fortifications,  sur un terrain qu’ils ont quadrillé, des troupes à découvert. Les Français se font hacher menus (bataille de Morhange). L’erreur n’est naturellement pas commise par le grand état major mais vient de ses provençaux « pris d’une soudaine panique ».

La bataille de la Marne représente le point d’orgue de son génie. Malheureusement les choses ne se passent pas comme le veut la légende. Le 2 septembre, l’armée retraite. A la réunion du grand d’état major, il y  a le choix entre faire face sur la Marne (lieutenant colonel Pont) ou poursuivre la retraite (général Berthelot). Joffre choisit naturellement la seconde solution. Heureusement Galliéni veille. Le 3 septembre, on le prévient que les allemands  infléchissent leur route vers la Marne évitant Paris et présentent leur flanc à nos armées. Galliéni reçoit la même information mais réagit immédiatement. Il appelle Joffre à deux heures dix du matin et lui arrache l’ordre de bataille.

Puis ce sera la surprise de Verdun en dépit des avertissements du colonel Driand et du général Heer. En juillet la bataille de la Somme qui fut une terrible hécatombe franco anglaise. A la fin de l’année 1916, pour le gouvernement, la coupe et pleine et le 26 décembre Joffre est débarqué. C’est Nivelle qui prendra sa suite avec le succès que l’on connait.

Mais nos pensées, en ce centième anniversaire des combats de l’année 1916 vont vers les poilus, Ces paysans de France qui tiennent bon dans des conditions de combat effroyables.

A demain pour les commémorations

Donec

L’omerta c’était du pipeau

EPSON MFP image
EPSON MFP image
EPSON MFP image
EPSON MFP image

Bonjour à tous,

Le 27 août dernier un avion de la Turkish Airline a survolé la ville de Nice à 129 mètres d’altitude, manquant son approche et semant la panique dans la ville. Cet évènement ne put échapper à la sagacité d’un obscur sous-préfet en retraite. Immédiatement il y vit la main de l’Islam et de ses fous de Dieu. Selon lui une lutte aurait opposé pilote et copilote, le premier voulant jeter l’avion sur la ville et le second ne pas rater le rendez-vous qu’il avait le lendemain chez sa dentiste.

Donec ne peut laisser passer cet évènement sans réagir et décide de mener sa propre enquête. En effet,  il connaît plusieurs membres du personnel de l’aéroport chargés de tâches subalternes et indispensables. Il découvre alors un fait surprenant. Le personnel navigant de la Turkish Airline particulièrement mal payé, arrondit ses fins de mois en transportant moyennant finances, dans le logement du train d’atterrissage, passagers clandestins et substances illicites.

Le confort de cette soute est relatif mais pour des raisons liées à la construction de l’appareil la moindre conversation échangée entre les membres de l’équipage  y est parfaitement audible.

Je rencontre ce passager clandestin M…. G…. dans un établissement discret de la place Garibaldi et ce qu’il me déclare me laisse pantois.  Parmi les passagers avait pris place une superbe créature surnommée « l’Oum Kalsoum de Diyarbakir ». L’ayant invitée dans le cockpit,  les pilotes firent assaut d’amabilités et même un peu plus. La jeune artiste qui connaissait la vie répondit positivement à leurs avances. Lequel des deux eu l’idée de l’installer aux commandes, l’histoire ne le dit pas. Reste que les talents de l’artiste pour être inoubliables manquèrent de tourner à la catastrophe au-dessus de Nice.

Pour conclure, nous dirons que du Titanic à divers tremblements de terre ou déclarations de guerres, les filles d’Eve sont souvent impliquées dans des catastrophes qui nous dépassent.

Voilà ce que me révéla ce jeune homme, passager clandestin encore sous le coup de l’émotion mettant ainsi les points sur le I et les barres aux T,  bien loin des suppositions approximatives de l’obscur sous-préfet.

A la semaine prochaine

Donec

En canote sur les chemins d’eau du Roi

EPSON MFP image
EPSON MFP image
EPSON MFP image
EPSON MFP image

Bonjour à tous,

Ces jours ci  Le hasard m’a confié un petit ouvrage dont l’auteur me paraissait une sorte de misanthrope scout frotté de la pire réaction.

Jean Raspail a écrit son ouvrage « En canot sur les chemins d’eau du roi » en 1949 sous la forme d’un journal qu’il a repris et publié en 2005. Il a  23 ans et la fougue d’un camelot du roi. Il embarque sur deux canotes avec trois amis. Il part du Québec sur les traces du père Marquette pour rejoindre la Nouvelle Orléans en Louisiane .Ces « maudits Français » du XVIIème siècle voulurent offrir un empire au roi de France.  Les Cavelier de la Salle, Dollard des Ormaux, les pères Marquette et Joliet, rejoints par des dizaines d’aventuriers partent à la découverte de la Nouvelle France.

L’intérêt de ce texte réside dans la présence en toile de fond du XVIIème siècle. A chaque coup d’aviron Raspail nous rappelle les évènements qui se produisirent quatre cents ans plus tôt à l’endroit traversé. De Madeleine de Verchère qui tint tête aux Iroquois à la forfaiture des Anglais, tout y passe. Nous mettons nos pas dans ceux de nos ancêtres que nous abandonnerons allègrement à leur sort.

Situation que résume cet échange avec Camilien Houde que Raspail complimentait pour l’accueil et la générosité des Canadiens Français. Il s’attira cette réponse définitive : « Apprenez mon jeune ami et retenez une fois pour toutes, qu’il n’existe pas de Canadiens Français. Il n’y a que des Canadiens et c’est nous ! Les autres, ce sont les Anglais, établis par la force chez nous dans un pays qui fonctionnait très bien sans eux depuis plus de cent cinquante ans, un pays déjà exploré, cartographié, reconnu, administré, dans lequel il n’ont eu que la peine à s’installer. Ca n’en fait pas pour autant des Canadiens…

Raspail : dépaysement assuré

A la semaine prochaine

Donec

Pourquoi qu’on ne voterait pas Donald!

EPSON MFP image
EPSON MFP image
EPSON MFP image
EPSON MFP image

Bonjour à tous,

Les élections américaines ont lieu dans quelques jours. Cette nation  prend les Français pour un peuple aborigène, passablement musulman qui saute de branche en branche entre deux explosions de cocotte minute. En revanche nous sommes passionnés par cette élection qui met en scène un jeune premier merveilleusement doué et une vieillarde édentée marié à un infatigable fornicateur.

Depuis Kennedy jamais les USA n’avaient eu  à élire un personnage aussi distingué, sûr de lui et pas dominateur pour un sou. Trump parle vrai mais a horreur des émigrés illégaux à commencer par les afro-américains. Ces gens là ont envahi les Etats Unis il y a deux siècles, attirés par des situations enviables dans les champs de cotons de Caroline du Sud.  Transportés par de louches aventuriers nazairiens, ils ont fait souche et squattent sans vergogne les bas quartiers des villes. Ne parlons pas des Mexicains en cartouchière et grand chapeau qui salopent les jardins en général et celui de Trump en particulier. Tous ces gens là prendront rapidement le chemin de leurs ancêtres aux pieds des pyramides Inca ou du Kilimandjaro.  Les musulmans seront impitoyablement renvoyés  dans les montagnes du Hoggar.  Ainsi régénérée l’Amérique, ne tardera pas à reprendre une belle couleur blanche.

Trump sera plébiscité par les femmes. Ce républicain hors norme donne aux femmes qui le méritent le choix entre trois vocations, être près des berceaux, devant une cuisinière ou dans un lit. Lui-même prise peu les enfants et abhorre la cuisine, en revanche il est sensible aux charmes de femmes aimablement botoxées.

Reste la question des armes objet du deuxième amendement et qui permet à tous d’être armé comme un croiseur de bataille. Ce ne sont pas quelques dizaines de morts par inadvertance ou victimes de malades  psychotique qui infléchiront une loi inscrite dans les gènes de ce grand peuple. Trump y veillera au grand dam de l’édentée.

Cet homme affable, d’extraction modeste a su bâtir un empire immobilier en évitant l’inadmissible racket des impôts.

S’il n’est pas élu la preuve sera faite qu’il existe un complot judéo maçonnique dont l’édentée aura été le deus ex machina. Nous n’accepterons donc pas le verdict des urnes.

Paraphrasant Nixon nous dirons que Les américain aimaient Kennedy  parce qu’ils rêvaient de lui ressembler et adorent Trump car il leur ressemble.

Maintenant vous possédez tous les éléments pour faire le bon choix !

A la semaine prochaine

Donec

Lève Rames

EPSON MFP image
EPSON MFP image
EPSON MFP image
EPSON MFP image

Bonjour à tous,

Parlons du cipal-fusco* (déjà vu mais on ne s’en lasse jamais)

La masse musculaire du cipal-fusco est supérieure à son poids total.

Si la lumière va plus vite que le cipal-fusco c’est qu’elle a peur de lui.

Quand le cipal-fusco dit qu’il va « jeter un œil », il ne parle pas du sien.

Un jour le père Noël a frappé à la porte du cipal-fusco, depuis il passe par la cheminée.

Le cipal-fusco ne ment pas, c’est la vérité qui se trompe.

Le cipal-fusco n’essaie pas. Il réussit.

Le berger allemand du cipal-fusco a mis une pancarte devant sa maison : « attention cipal-fusco »

Quand le cipal-fusco embarque la mer s’apaise.

Quand le cipal-fusco passe les livres et les annuaires se ferment.

Quand le cipal-fusco fixe le compas le nord passe au sud.

Quand le cipal-fusco dit « hein ? » personne ne dit deux.

Quand le cipal-fusco entre au carré, le maître d’hôtel laisse un pourboire.

Quand le cipal-fusco s’est mis au judo, David Douillet s’est mis aux pièces jaunes

Le cipal-fusco est le seul à avoir une bible dédicacée.

Le cipal-fusco n’a pas reçu son brevet supérieur, il l’a pris

Si le cipal fusco pisse face au vent, le vent tourne.

Le cipal fusco peut claquer une porte étanche fermée.

Le cipal-fusco compte jusqu’à l’infini  plus un.

Certains portent une panoplie de Superman. Superman porte l’uniforme du cipal-fusco

Le cipal-fusco n’a pas besoin de montre, il décide de l’heure.

Dieu a dit « que la lumière doit », le cipal-fusco ajoute « on dit s’il vous plait ! »

La seule chose qui arrive à la cheville du cipal-fusco ce sont ses chaussettes et il n’en porte pas

Un jour au carré OMS le cipal fusco a commandé un steak et le steak a obéi.

Dieu voulait créer l’univers en 10 jours le cipal-fusco lui en a donné 7.

Malheureusement il est seul, les femmes se détournent de lui, seuls quelques éphèbes à la démarche chaloupée le suivent des yeux…

A la semaine prochaine

Donec

*Cipal fusco : maître principal fusilier marin commando. Il exerce souvent à bord des unités de la Marine la Police à bord. Il est alors surnommé « bidel »

Weekend d’enfer à Saint Jean Cap Ferrat

EPSON MFP image
EPSON MFP image
EPSON MFP image
EPSON MFP image

Bonjour à tous,

Vous le savez désormais nous serons ensemble vendredi prochain vers 16h00 sur le port de Saint Jean Cap Ferrat, dans la salle Neptune où se tient le festival du dessin de presse : Trait d’Humour.

Nous serons au milieu d’une équipe de crayonneurs de première.

D’abord il y aura les régionaux de l’étape à commencer par Kristian et son humour d’angles et d’arêtes. Ricor et ses « grandes gueules », Jean Jacques Beltramo qui dessine plus vite que son ombre et enchante les enfants hospitalisés. Olive qui peuple ses dessins de verdines brinquebalantes, de Rom et de robes gitanes.

Vous y rencontrerez Sondron du « Soir » de Bruxelles, grand gaillard qui nous décape l’actualité au burin. Sans oublier Placide dégingandé et souriant jusqu’aux oreilles. Jackie Redon lauréat du prix mal bouffe de St Juste le Martel et son copain Ballouhey  toujours vent debout contre la bêtise à front de taureau.

Je ne vous cite que mes connaissances mais il y en aura bien d’autre Barti, Berth, Willy From Tunis, Elchicotriste. Bref vous m’en direz des nouvelles.

Alors faites donc un saut à St jean Cap Ferrat le vendredi 14 octobre…

A la semaine prochaine

Donecaffiche-trait-d-humour

Belle gueule d’assassin

EPSON MFP image
EPSON MFP image
EPSON MFP image
EPSON MFP image

Bonjour à tous,

Nous connaissons aujourd’hui l’obscurité des raisons qui procédèrent au déclanchement de la guerre de 14-18. La Serbie lança le train fou que personne ne retint, ni la Russie qui y vit une aubaine ni Poincaré porté à un patriotisme borné.

Un homme pourtant s’était dressé contre la guerre : Jean Jaurès. Méprisé, haï, rejeté par les patriotes revanchards, il finit par tomber sous les balles d’un assassin, Raoul Vilain.

Ce personnage vaut le déplacement, C’est une parfaire figure de raté (nous en connaissons quelques uns aujourd’hui), porteur d’une lourde hérédité psychiatrique. Issu d’une famille dreyfusarde mais patriote, il est admirateur de Péguy. Nationaliste exalté, il déteste l’antimilitarisme de gauche. En 1913 au cours du débat sur la loi concernant le service militaire de trois ans, il imagine de tuer Jaurès.

Comme il convient que la morale soit respectée, le fils de Jaurès mourut au front et Raoul Vilain sera acquitté en 1919.

A la semaine prochaine

Donec

Trouvez en pièce jointe le programme de «  Trait d’Humour ». Ce festival du dessin de presse aura lieu le weekend du 14 octobre salle Neptune à St Jean Cap Ferrat. Vous y êtes cordialement invités.

Ne manquez pas l’inauguration de l’exposition vendredi 14 à 16h30,vous ne le regretterez pas les invités sont à la hauteur de leur crayon… Et Donec sera présentprogramme-trait-d-humour

 

Changeons d’air

EPSON MFP image
EPSON MFP image
EPSON MFP image
EPSON MFP image

Notre pays dispose d’inventeurs talentueux dont l’apport à l’histoire de l’aviation fut essentiel. Malheureusement leur génie ne fut pas reconnu.

Etienne Oemichen fut de ses inventeurs obstinés. Il vient au monde à Chalon sur Marne le 14 octobre 1894. Enfant, il effectua une ascension en ballon captif, cet évènement qui l’émerveilla devait décider de son avenir.

Avant la guerre de 1914 1918 des ingénieurs comme Blériot, Pescara ou Cornu étaient parvenus à faire décoller des hélicoptères de conception ingénieuse mais n’avaient su résoudre les problèmes de stabilité horizontale. En 1920 Etienne Oehmichen abandonne tout pour se consacrer à l’étude de sa machine en s’inspirant du vol des oiseaux et des insectes. Sa première invention, c’est l’hélice anti-couple permettant l’orientation de l’appareil en évitant qu’il ne tourne sur lui-même. Entouré d’une petite équipe qui ne compte ni son temps ni son courage, il parvient le 4 mai 1924 à faire décoller son hélicoptère et à lui faire effectuer un kilomètre en circuit fermé. Cette machine  ressemblait aux petits drones dotés de quatre hélices avec lesquels nous jouons. Naturellement ses dimensions étaient respectables. Toutefois la machine de Oehmichen était terrifiante par ses évolutions incertaines et son bruit d’enfer.

A l’époque, l’état français considérant que l’hélicoptère n’avait aucun avenir  lui coupa les vivres. Etienne orienta alors ces recherches dans d’autres directions et termina sa carrière comme professeur au collège de France.

A la semaine prochaine

Donec