« tanta FINA », Berlugane

dans la marine coulant 2

Bonjour à tous,

Quelques uns parmi mes correspondants ont eu l’occasion d’expérimenter, à leur grande satisfaction, le remède que je proposais la semaine passée. D’aucun m’interrogent sur l’origine de cet élixir. C’est « tanta FINA », Berlugane* femme de caractère, haute en couleurs qui imagina cette potion magique dans les années vingt. Elle me fut transmise par son neveu, un très cher ami qui avait eu l’étonnante idée d’aller faire ses humanités, vers 1944 en Ecosse à fort William. Il était réveillé chaque matin par un tonitruant : « Early tea for airbornes !». Dans ce lieu peuplé de fantômes on lui apprit mille choses indispensables à la vie d’un honnête homme : conduire des locomotives, les faire dérailler, sauter en parachute, malaxer le plastique, s’avancer à pas de loup pour occire une sentinelle. Ainsi armé Il put ainsi mener l’aimable existence d’un photographe villageois entre les photos de classe et celle des radars portés par les unités de la flotte soviétique alors au mieux de sa forme.

Bref je lui dois la recette de cet élixir, assez miraculeux, convenons en !

Le ciel vous tienne en joie et à la semaine prochaine

Donec

*Berlugane : habitante de Beaulieu sur Mer

Un homme providentiel

a une idee

de ses assiduites
Bonjour à tous,

Mes amis font grise mine, notre pays est au fond du gouffre me disent t ils. Je m’inquiète : l’armée du Tzar camperait t’elle à la bastille ? Les Uhlans seraient t’ils place de la Concorde ? la Wehrmacht défilerait t’elle sur les champs Elysée ? La ligne B du RER serait t’elle aux mains des janissaires de Saladin ?
« Plus grave ! » me disent t’il « nous aurions besoin d’un homme providentiel ! ».
A l’instar des républiques sud américaines notre pays ne manque jamais, une ou deux fois par siècle de se découvrir un homme, de belle allure si possible qui sorte le pays du gouffre. Notre histoire ne manque pas de Jeanne d’arc, de Pétain, de Boulanger, de Napoléon oncle et neveu, de Clémenceau, de Charles de Gaulle qui se dévouèrent pour la patrie. Arrivée au pouvoir sur un char fleuri, ils terminèrent leur mandat chassés par l’ingratitude du peuple, au mieux dans un Colombey les deux églises, au pire sur un bucher ou une ile de l’océan atlantique.
J’invite donc tout candidat à ce beau rôle d’homme providentiel à bien réfléchir aux risques d’une aventure qui peut se terminer tristement.
Au menu d’aujourd’hui les bonnes idées de Donec et les dangers de l’Amour

Le ciel vous tienne en joie et à la semaine prochaine.

Donec

Panacée universelle

avec du bordeauxfermant les yeux 2
Bonjour à tous,

Les affections dont souffrent nos marins sont bien connues des stratèges. La première d’entre elle la « bagna cauda » se contracte par la fréquentation assidue de femmes vénales peu farouches mais terriblement attirantes pour un marin dont la seule affection équivoque est celle du capitaine d’armes. Il en est une autre qui à la mauvaise saison cloue au lit nos meilleurs sujets : la verte avec complication grippale ». J’ai aujourd’hui le plaisir de vous confier la recette secrète de son antidote. Je compte naturellement sur votre discrétion.

Autre recette si vous disposez d’une rare bouteille d’un illustre château bordelais, n’hésitez pas : faites-en du cambusard.

Que Dieu vous tienne en joie et à la semaine prochaine.

Donec

Notre Dames des Landes (!)

pouvoir s entendre
Donecsecond porte avions 1
Bonjour à tous,

Les édiles de Nantes ont décidé de construire un aéroport sur de bonnes terres à blé, peuplées de batraciens, de limaçons, de coccinelles, de quelques moineaux et d’alligators. Les sans culotte de la France entière ne pouvaient accepter un tel désastre écologique. Les voilà qui se pressent vers ce coin désert pour sauver les petits animaux de la lande.

La Bretagne dispose déjà avec Lann Bihoué, Nantes, Guipavas, Landivisiau, Rennes et bien d’autres qui font un maillage aéroportuaire à rendre jaloux le monde entier. Mais Nantes, enrichie par un lucratif commerce triangulaire veut disposer à l’instar de Londres, Pékin ou New York de son aéroport international.

Je me pose une question, pourquoi Port Cros, Saint Honorat, Les Embiez, l’île d’or, Porquerolles ne disposent d’aucun aéroport alors que des milliers de visiteurs s’y pressent quand la quinzaine de touristes qui visitent Nantes chaque année se verraient gratifiés d’une telle construction.

Néanmoins les sans culottes ont bloqué le projet et le bel argent s’accumule, inutile, dans les coffres des banques. Une idée m’est alors venue. Pourquoi ne pas utiliser cette manne pour construire le second porte avions dont rêve la Flotte et qui projettera l’image avantageuse de notre pays sur la planète entière. Sans compter toutes les jeunes beautés aux mains des barbaresques que nous pourrions délivrer.

Naturellement une contre partie serait offerte aux nantais nous baptiserions le porte avions « Jules Vernes ».

Le ciel vous tienne en joie et à la semaine prochaine.

Pierre Brossolette

lenourris tu suis pour rien
Bonjour à tous,

La vie est injuste pour les hommes brillants à commencer par Pierre BROSSOLETTE éternel second. Second au concours d’entrée à l’école normale supérieure derrière JANKELEVITCH. Second à l’agrégation derrière Georges BIDAULT. Le voilà qui entre en résistance, il convainc le colonel PASSY, malheureusement la place de premier est déjà prise par Jean MOULIN. Inutile de décrire l’atmosphère de joyeuse émulation qui régnait à la tête de la résistance.

MOULIN décrit BROSSOLETTE : « Brillant, drôle, mais dévoré d’ambition et méchant ! ».

Et Daniel CORDIER : « Un petit homme cambré, au visage osseux et aux lèvres légèrement méprisantes ! ».

Mais le pire était à venir : l’entrée au Panthéon. MOULIN y fut reçu par André MALRAUX, grandiose, éblouissant et absolument inspiré. Pierre BROSSOLETTE le sera avec trois autres résistants prestigieux, certes mais trois autres……
Quelle injustice !

A par cela nous évoquons l’impitoyable discipline régnant dans la « Royale ».

Le ciel vous tienne en joie et à la semaine prochaine

Donec