Il y a 80 ans disparition d’un diable d’homme

EPSON MFP image
EPSON MFP image
EPSON MFP image
EPSON MFP image

Le 3 septembre 1936 le mythique commandant Charcot fait escale à Reykjavik. Son Pourquoi Pas venait de livrer du matériel à la mission Paul Emile Victor. Il doit réparer une chaudière. Le 15, il appareille sous le commandement de l’officier des équipages de 1ère classe Le Conniat secondé par le maître principal pilote de la flotte Floury. Le 16 septembre, il est pris dans une terrible tempête cyclonique qui le drosse sur les récifs d’Alftane où il coule corps et bien vers 5h30. Un moment auparavant voyant le bateau perdu, Charcot avait libéré la mascotte du bord : la mouette Rita.

Le bilan est lourd 40 morts et un survivant. Celui-ci, natif de Douarnenez, est le maître timonier Eugène Gonidec « Pingouin », c’est par lui que nous connaissons les derniers instants du bâtiment.

Jean Baptiste Charcot sillonnait les mers froides depuis 1905 accumulant les observations scientifiques de toutes sortes : météorologie, étude des marées, du magnétisme, de la  zoologie et de la  botanique. Mais ce diable d’homme n’en resta pas là il fut aussi à l’origine de la création des éclaireurs de France et sera de 1913 à 1936 président du prestigieux Yacht club de France.

A la semaine prochaine

Donec