Forcer le destin

capitaine d armes3marine par hasardBonjour la compagnie,

Echapper à la Grande Faucheuse tient souvent du hasard, mais parfois aussi de l’intelligence et de l’observation, en voici deux exemples.

Le matelot LUX était un mauvais sujet. Solide gaillard, il ne manquait jamais d’aller chercher pouilles à tout gradé passant à sa portée. Ni les sakos, ni la patrouille maritime ne lui faisaient peur. Dès qu’une occasion se présentait il honorait Bacchus. En 1939 il embarqua sur le croiseur mouilleur de mines « Pluton ». Le 13 septembre notre matelot ayant eu la veille un problème relationnel avec la gendarmerie maritime purgeait quelques heures de chibi dans une cellule de la prison du port. A 10 : 40 exactement une mine située entre le mât et la cheminée arrière du « Pluton » explose entraînant la mise à feu de toutes les autres mines et détruisant le bâtiment. Il y aura plus de 200 morts et une centaine de blessés. La mauvaise conduite de LUX lui a sauvé la vie. Voilà un bel exemple de chance insolente.

En 1943 le sculpteur américain Alexandre Calder et sa femme sonnent à la porte du docteur Petiot, 21 rue Lesueur dans le XVIème arrondissement de Paris. Madame Calder est médecin, elle est aussi américaine et juive, deux raisons de quitter Paris occupé. Grâce à ses relations, Petiot se fait fort de procurer au couple de faux passeports et un passage pour l’Amérique du Sud. Comme aux autres candidats au départ, il conseille de coudre devises et bijoux dans la doublure des vêtements et de n’emporter qu’un léger bagage. Au jour dit, le couple n’aura qu’à se présenter à son cabinet, Petiot se charge du reste. C’est alors que le docteur s’absente pour aller chercher des formulaires à remplir.

Madame Calder se lève d’un bond, « Fuyons au plus vite, » dit-elle à son mari qui n’en voit pas l’utilité. Tout ne se présente t-il pas pour le mieux ?
Sur le trottoir elle rappelle à son mari que Petiot se prétend chirurgien. Alexandre a-t-il fait attention à ses ongles. Ils sont noirs de crasse. Jamais un chirurgien ne se négligerait à ce point, même s’il n’exerçe plus, explique t’elle.

A cette date, vingt-sept personnes toutes candidates au départ avaient été dépouillées de leurs biens dissimulés dans leurs vêtements. Les victimes avaient été préalablement assassinées dans le cabinet de la rue Lesueur et incinérées par le prétendu chirurgien dans son poêle à charbon.

Voilà un bel exemple de prémonition et d’observation intelligente.

A la semaine prochaine

Donec

Grandeur et décadence d’une vedette de sauvetage

EPSON MFP image
EPSON MFP image

Salut la compagnie,

Vous connaissez tous le beau magazine que fut « Cols Bleus » qui traînait partout dans les postes ou dans les chambres et que nous feuilletions distraitement. Aujourd’hui les anciens numéros prennent une valeur exceptionnelle car ils racontent notre histoire.

Un ami m’ayant fait cadeau d’une collection des années 80 je les redécouvre avec délectation.

Dans le numéro 1678 du 3 octobre 1981, il y a tout juste 37 ans, un article que vous trouverez en pièce jointe s’intitule « une vedette de sauvetage pour le musée naval de Balaguier ». Il s’agissait de l’ancienne vedette de sauvetage en mer de Cannes « Notre Dame du Bon Port II » destinée à couler des jours heureux dans ce petit coin de paradis.

Malheureusement il n’en fut rien. La négligence coupable des responsables du musée et la ruine de la ville de La Seyne allaient précipiter la dégradation de cette belle machine. Voilà le résultat 30 ans plus tard (photo « Notre Dame du Bon Port »).

La ville de la Seyne, jadis florissante était tombée dans la débine après la fermeture des chantiers navals. Elle n’a pas su ou pu préserver son patrimoine.

Tout cela montre clairement qu’une économie vacillante et en déclin entraîne le malheur de tous. Ce ne sont pas les cris, les vociférations, les manifestations drapeaux en tête et les slogans comminatoires qui peuvent mettre fin à la chute.

Ce sont les sacrifices et les manches retroussées. Bref du sang, de la sueur et des larmes comme dirait le Vieux Lion.

Voilà ce que m’a inspiré cette pauvre embarcation aujourd’hui disparue.
col bleu 3 10 1981
don de l amiral Aman notre dame du bon port 1 notre dame du bon port 2 notre dame du bon port 3

A la semaine prochaine

Donec

RAPPEL : vous avez bien noté que samedi 13 (et non pas vendredi 12 comme annoncé précédemment ) nous nous retrouvons à la salle Neptune sur le port de Saint Jean Cap Ferrat à 17 :00 pour le vernissage de l’exposition “Trait d’Humour “notre rendez -vous avec les dessinateurs de presse. Mais sachez que tout le week-end vous pourrez nous rendre visite.